IMG_4106

Elles ont quitté leur cocon dans la nuit et, par des allers retours successifs, créent, tout en restant assez groupées, une sorte de filet, repère sur lequel elles se tiennent et évoluent.

IMG_4115

Peu à peu, elles gagnent les branchages les plus proches et tendent à grimper sur les hauteurs, se dispersant un peu mais sans quitter le terrarium...

IMG_4118

IMG_4116

IMG_4124 IMG_4109

Dès la chaleur de l'après-midi, les bébés épeires se regroupent en petits paquets compacts...
Elles n'ont pas encore pris leur véritable envol mais ont tissé les fils d'Ariane qui leur permettront d'aller plus haut.
Demain, peut-être...

*   *   *

Seulement 4 jours plus tard, après une longue période où les bébés sont restés groupés en" paquets", souvent inertes au sommet du morceau de bois posé pour elles, l'envol hors du terrarium a enfin commencé... les jeunes épeires ont retrouvé leur vitalité et cette fois, devenant audacieuses, elles accèdent par leurs fils de soie aux premières branches des conifères du jardin...

Toujours plus haut...

Je pense que c'est le vrai départ. Hélas, un très court orage s'abat au moment où je prends les photos. Je décide de mettre à l'abri le groupe qui n'a pas complètement largué les amarres...

Croisons les doigts pour que les minuscules pionnières aient pu tenir le coup sous l'assaut des gouttes de pluie...

IMG_4480

IMG_4480_

(Demain, sans doute, beaucoup se seront dispersées... ne laissant que quelques "fils de la vierge" dans les arbres d'où elles prendront leur véritable envol...

J'espère que certaines, quand même, ne quitteront pas mon jardin et que je pourrai suivre au jour le jour le cycle de leur vie...)

19 Avril : Les bébés épeires sont en parfaite santé malgré les orages et les averses qui se sont abattus sur elles. Désormais, elles ont toutes quitté définitivement le terrarium et forment trois groupes distincts sur différentes hauteurs de l'arbre mais reliés par des fils ascensionnels qui maintiennent une cohésion entre les bébés et leurs permettent de circuler

IMG_4490

20 Avril : maintenant, toutes les épeires ont rejoint le groupe le plus haut de la branche.                          Elles ont créé une sorte de "tente" en toile où les fils se rejoignent à trois endroits.                                       Là aussi, il semble y avoir un travail de construction en "équipe", plus "construit, moins aléatoire que les fils désordonnés du début.

IMG_4544

Ce matin, à 11h30, les épeires étaient à nouveau groupés de façon compacte. Je pense que c'est plutôt le soir, voire la nuit que se font les transits...

21 Avril

Alors que je m'interrogeais sur le moment où une épeire à peine née est apte à construire sa propre toile, je distingue au dessus du groupe une solitaire au centre d'une petite toile !

Cette dernière est maladroitement construite, comme le sont les premières écritures d'un jeune enfant...

IMG_4565

Coucher du soleil : Les bébés épeires ont commencé à quitter leur "toile de tente" pour gagner les branches supérieures. Certaines sont à plus de 1m50 maintenant.

J'ignore si ce sera le début de leur essaimage ou si elles vont encore marquer une pause et se regrouper plus haut.

Je me demandais si d'aussi petites créatures se nourrissaient et avaient déjà l'instinct de chasse.

J'ai ma réponse devant cette petite épeire atablée devant son premier casse-croûte :

IMG_4568


22 avril : Il ne reste presque plus de bébés dans le dernier regroupement, par contre, j'ai la surprise, au lever du jour de voir un grand nombre de petites toiles magnifiquement construites jusqu'aux plus hautes branches du conifère...

Je constate que l'émancipation des bébés a commencé et que beaucoup sont déjà parties très loin pendant la nuit...

23 avril C'est pour moi la fin de ce reportage.

Le ballooning des dernières épeires a eu lieu pendant la nuit et ce matin, il ne reste que quelques toiles abîmées et désertées. Leur installation n'était définitive pour aucune et je suis un peu triste en pensant que je ne pourrai pas suivre l'évolution de certaines d'entre elles jusqu'à l'âge adulte.

En cherchant bien, je finis par en dénicher une dizaine dont certaines sont déjà sur des arbres plus loins... mais je sais qu'elles ne sont qu'en transit pour un très long voyage...

Ce qu'1 millimètre de vie contient comme instinct ( ce sens de la projection dans l'espace grâce au fil de soie, cette habileté à créer une toile d'une géométrie parfaite... ), comme énergie, comme résistance (  je repense aux bourrasques de vent et aux pluies violentes qu'elles ont essuyées à peine sorties du cocon...)

Je me dis maintenant qu'elles voyageront bien plus loin que certains d'entre-nous... mais combien verront le bout de leur voyage